Benjamin HENNEQUIN revient sur Paris 2011 : "Ensemble, grâce à vous, nous avons pu faire une grande fête de l'haltérophilie."

AFP PHOTO / BERTRAND GUAY

1. Bonjour Benjamin, 10 ans déjà sont passés depuis ces fameux Championnats du Monde 2011 de Paris, qu’est-ce que tu retiens de cette expérience ?

Ce que je retiens de cette expérience est la qualité d'organisation de l'événement, orchestrée par la Fédération avec l'aide des clubs, des régions et des bénévoles. L'emplacement du lieu de compétition d'entraînements et des hôtels, les décorations et enfin l'ambiance tout était parfait. Je suis peut-être chauvin, comme tout bon Français, mais mis à part ma grosse performance ce sont mes plus beaux Championnats du monde. Ensemble, grâce à vous, nous avons pu faire une grande fête de l'haltérophilie.

 

2. Si on revient 10 ans en arrière, quel était ton objectif pour ces Mondiaux ? 

L'objectif principal mis en place par la Fédération lors de cet événement était un objectif collectif.  Nous n'avions récolté que très peu voire aucun quota pour les Jeux Olympiques lors du mondial 2010. Nous nous devions d'être présents à Paris et nous avions travaillé très dur avec le staff pour réaliser cet objectif. Nos efforts ont été récompensés de la plus belle des manières. 

Mon objectif personnel passait bien sûr après celui de l'Equipe de France mais était présent.

Retour 1 an en arrière… deux semaines après les mondiaux 2010.

Je m'entraînais en dehors des stages de l'Equipe de France, tout seul dans mon club, j'avais besoin d'un œil aguerri sur le plan technique et d'une aide psychologique pour le plan émotionnel (contrôler ses émotions lors de l'approche sur des barres lourdes au moment des entraînements et des compétitions pour ne pas dépenser trop d'énergie en dehors du levé de barre). J'ai contacté monsieur Patrice COSNARD (retraité depuis peu) pour qu'il puisse pallier mes besoins, chose qu'il a accepté avec grand plaisir au vu de mes capacités. Au bout de seulement 3 mois de préparation, mes barres ont explosé, la régularité lors des entraînements était présente et tout ça en travaillant les deux points cités en haut.

Le duo de choc composé de Patrice et de Franz FELICITE a fonctionné à merveille. Les résultats étaient là et pour garder cette dynamique jusqu'aux JO de 2012 je me devais de montrer à la Fédération que tout fonctionnait. Le contrat était rempli.

 3. Qu’est-ce que cette médaille d’argent a représenté pour toi ? Et qu’est-ce que ça a changé dans ta carrière ?

Sur le moment, cette médaille a représenté une immense satisfaction. Le fait de pouvoir montrer au monde entier qu'un Français formé à la "française" peut récolter des médailles mondiales, c'est une grande fierté. Je pouvais aussi dire que mon nom faisait partie des grands.

 

4. Une seconde place c’est fabuleux dans une carrière, à la maison encore plus, qu’as-tu envie de dire aux générations qui eux vivront les Jeux-Olympiques de Paris 2024 ?

Les warriors, faites le "taff" du mieux que vous pouvez, mettez-y de la joie dans la souffrance, ce sport est dur, très dur, n'ayez aucun regret faites nous rêver.

 

5. Quelle est la suite pour toi dans le monde de l’haltérophilie ?

Depuis que j'ai arrêté l'armée, en dehors du sport, je fais du transport scolaire avec le groupe Keolis.

Du côté sportif, j'ai demandé à travailler avec mon ancien club (car le temps me le permet) pour redynamiser la pratique de l'haltérophilie. J’aimerais rendre tout ce que les bénévoles et entraîneurs m'ont apporté quand j'étais jeune. Pour le moment je bouge de temps à autre dans les salles de CrossFit pour leur donner les outils pour faire des meilleurs levés de barre. 

Copyright Fédération Française d'Haltérophilie - Musculation 2021. Tous droits réservés.